Archives de la catégorie ‘Biographies’

boukhors-ep-benrabah-nadia-27-fevrier-1995Le 27 février 1995, un 27 éme jour du mois de Ramadhan , mon épouse Nadia a été froidement assassinée devant mes yeux par un groupe de terroristes fortement armés , criant Allah Akbar. Moi même gravement blessé par plusieurs balles, je n’ai pas pu la sauver. Depuis ce fatidique jour ma vie et celle de mes trois enfants a totalement basculé . Je suis en permanence animé par un sentiment d’injustice , cela est d’autant que Nadia était un modèle , dans son métier de juge, de probité et d’honnêteté. Je remercie toutes celles et ceux qui chaque m’exprime leur solidarité et leur compassion à travers les réseaux sociaux. Je reproduis à l’occasion de cette 22 eme commémoration l’hommage qui lui a été rendu l’an dernier par mon ami Bachir Dahak qui l’a longtemps côtoyée en sa qualité d’avocat. Merci de coller cet hommage sur votre page.
Mon cher Djamil Tu sais bien qu’ à chaque fois que le nom de Nadia est évoqué cela me replonge dans la période où, avec quelques avocats, nous avions le sentiment de plaider devant une juge dans le vrai sens du terme , une juge qui savait ce que chaque dossier contenait et qui, dans ses décisions ne faisait parler que le droit. Les avocats corrompus ou influents qui donnaient à leurs clients le verdict avant même de plaider en prenaient toujours pour leur grade avec elle. Elle pouvait acquitter un lampiste à qui on avait prévu de faire porter le chapeau et de condamner un gros bonnet qui toisait tout le monde avec mépris, sans oublier sa mise aux arrêts à l’audience. Je me rappelle de ce jeune milliardaire du fer à béton chez qui on avait retrouvé plusieurs kilos de kif .Flanqué de quatre avocats qui n’avaient pas l’habitude de perdre leurs procès, il s’était évanoui lorsque Nadia lui annonça qu’il risquait la peine maximum . Lorsqu’il reprit ses esprits, dans les couloirs de la Cour d’Appel,elle lui ajouta qu’il aurait mieux fait d’avoir des avocats qui connaissaient un peu de droit au lieu de ces entremetteurs à succès qui faisaient honte au vrais juristes.

Elle pouvait aussi être fair play et accepter qu’un jeune avocat lui fasse annuler toute une procédure en mettant en avant un vice de procédure ou en signalant qu’un témoin clé avait été oublié ou , comme souvent à El Harrach , « empêché » de comparaître. L’assassinat de Nadia et des autres magistrats inflexibles et incorruptibles, est pour moi le signal de départ de la déliquescence de l’Etat , de sa descente programmée aux abîmes,de sa clochardisation et de sa livraison à l’appétit insatiable des maffias diverses et variées qui ne voulaient plus supporter quelque contrôle que ce soit . C’était le prix à payer pour que ces nouveaux barons de l’économie informelle (pour ne pas dire maffieuse) accompagnent les officines publiques qui ont régulé et planifié le terrorisme dans l’attente de transformer les rentes publiques en rentes privées. L’assassinat de Nadia et de ses collègues faisait partie de ce plan diabolique consistant à éliminer tout contre-pouvoir ,toute forme de résistance ou d’opposition à la grande redistribution des cartes qui allait forcément se faire à l’ombre du droit et loin de toute légalité.Elle a assisté, comme nous, à l’acquittement scandaleux des tous premiers « bandits du libéralisme » , elle a compris très vite vers quelle dérive nous allions et elle a essayé, avec ses armes et ses convictions républicaines, d’y faire face .Elle ne savait pas que l’hydre avait plusieurs têtes , que les ennemis (internes) du pays étaient déterminés et qu’ils avaient besoin de victimes sacrificielles pour installer durablement une justice bananière, à l’instar des républiques du même acabit . Comme ses aînés qui sont morts pour la liberté , Nadia est morte d’avoir voulu que son pays et son peuple soient fiers de leur justice. Nadia est morte pour avoir exprimé son refus de capituler devant l’indicible vague du déshonneur qui a fini par engloutir tant de ses collègues et qui a , surtout , fini par emporter , loin , très loin, l’idée même de la justice .

Témoignage de  Djamil Berrabah 20 février 2017

Témoignage  :

L’explosion du 12 02 1998 à Birkhadem ,les vergers à 07:55 du matin devant le techniccum (lycée technique),2 morts et plusieurs blessés entre grave et léger,dont moi,HADJ-LARBI-BADIAA,mon amie NAWEL FATMA EL ZOHRA ZERROUKI décède ainsi que Mr BOUMAARAF le surveillant général.

Bonjour à tous,moi je suis une blessée de cette explosion,j’ai pu remarqué qu’il n’y a pas de témoignages de blessés sur cette page,je me suis permise de vous raconter ma douloureuse expérience ,pardonner moi car l’histoire est un peu longue, j’écris les larmes aux yeux et le cœur blessé peut être que ça m’apaisera;

19 ans déjà son passé après ce tragique accident ,le jour où j’ai perdu mon amie Nawel Fatma el Zohra Zerrouki ,Nawel était un ange tout le temps souriante et joyeuse ,c’était la meilleure de nôtre classe avec un 18 de moyenne général je révisé mes cours parfois avec elle,si seulement le destin ne l’a pas pris elle serait à présent une brillante ingénieur où médecin c’était une crack une surdouée,je pleure toutes les larmes de mon corps quant je me rappelle Nawel,je préfère dire qu’elle est partie rejoindre son créateur au lieu d’employé un autre verbe tu est une martyre Nawel ,tu est toujours vivante dans nos cœur,ainsi que tous les autres filles et fils de ce pays ,Mohammed le policier un parents à moi et voisin décédé en 1994 d’autres aussi dans mon quartiers ,victimes de ce terrorisme barbare monté de toutes pièces afin de spolié les biens de nôtre pays et semer la peur dans nos cœur,pour ne chercher que la paix et la sécurité mais à quel prix !!!,viens après des années sombres la fameuse réconciliation national ,en parle d’elle comme si c’était le coran descendu à travers les sept cieux pour blanchir des terroriste dont les mains sont pleine de sang d’innocents ,en m’a pas demander mon avis, non je ne peux pardonner à ces gens qui m’ont pris les personnes que j’ aiment,m’ont volés des années de ma vie celles censées être les plus belles,j’ai vécu ce pardon comme un véritable coup de poignard dans le dos plus dure encore que l’accident lui-même une souffrance morale indéfinie ,j’avais des migraines, j’ai cru que j’allais devenir folle,en voyant la télé je crié pourquoi es qu’en pardonne à ces terroristes pourquoi .mais si dans ce bas monde où règne l’injustice ont leurs a pardonnés le jour du jugement derniers ils bruleront tous en enfers car ils n’échapperont pas à la justice divine d’ALLAH.à l’époque j’avais presque 14ans ,j’en ait 32 bientôt 33ans mais encore plus forte car comme en dit la chose qui ne me tue pas me rend plus fort,j’ai surmonté des épreuves et je suis toujours vivante malgré tout.

ce jour là c’était un jeudi je suis sortie à 7 :30 de la maison pour aller au CEM je croise Nawel et en continue ensemble nôtre route en parlant et en souriant,avant le CEM il y’a un Techniccum(lycée) par lequel en doit passer à même pas 5mn d’intervale de nôtre CEM,arrivant au lycée j’étais devant une villa je jette un coup d’œil sur ma gauche je vois le surveillant général BOUMAARAF quoique je ne le connaisse pas à l’extérieur de l’entrée du lycée il portait une veste moutarde et les élèves des blouses s’abaissant pour ramasser qq chose,c’était mon derniers souvenir avant que ça n’explose les témoins m’ont fais savoir après qu’il y ’avait par terre un cartable et sur lui en a mis une blouse croyant qu’il appartenait à un élève il aller le ramassé en criant moi j’ai pas entendu ;ils mettent toujours leurs cartable par terre,(la bombe était dans le cartable).

Je sens une force me soulevée,je garde l’image de la scène dans ma tête comme si c’était seulement hier ,une vraie scène de film où tout se passe au ralentit,le temps s’arrête subitement,j’ai les oreilles qui sonnent je n’entend rien autour de moi là j’ai compris que c’était bien une explosion car c’était presque le seule sujet de discussion des dernier mois,je me suis retrouvé dans le sens contraire où je marchais,les gens témoins ont vu nos corps soulevé par le souffle de la bombe,j’étais par terre un peu consciente j’ai vu ma main pleine de sang,j’ai sentit mes jambes pour savoir si j’étais entière(c’était un soulagement),j’ai vu deux femmes en face de moi peut être des lycéennes qui pleuraient en se frappant le visage assises par terre elles ont vu toute l’horrible scène avec le corps du surveillant général déchiqueté quelque mètre seulement nous séparer je ne l’ai pas vu,j’ai vu une partie du corps de nawel mon amie car j’étais blessée à l’œil gauche,et puis plus rien.

J’ai sentit des mains me soulevant, une élève avait arrêtée un 404 bâche, d’après les témoins,pour nous emmener à l’hôpital ,j’entends le claquement des portes qui se succèdent ,en essaye de me réveillée en me donnant de légère gifle me demandant mon nom et mon âge j’avais toute ma mémoire j’ai parlé,les infirmiers criées elle à 14 ans elle à 14 ans( pour savoir quelle dose d’anesthésie en aller me faire pour l’intervention)en m’a enlevé mes boucles d’oreille,j’ai sentis aussi qu’en couper mon Jean,et les points de suture à l’épaule qu’en m’a faite,j’entendais la voix de l’infirmier disant;es qu’elle sent et l’autre réponds oui elle sent car il a entendu ma respiration changé à travers le masque d’oxygène qu’en m’a mise.j’avais une hémorragie interne aux niveaux des intestin,en m’a gardé 5heures au bloc opératoire en a faillit débranché les appareilles,enfin ils ont trouver la veine qui a éclaté dans mon intestin en m’a coupé une petite partie,les éclats métallique de la bombe m’ont perforé l’abdomen ,mon corps était plein d’éclats de la tête jusqu’aux pieds ,le jour même en m’opère de l’œil gauche aussi,dieux merci je vois toujours avec. 24h après je me réveille j’ai passé une semaine en réanimation chirurgical à l’HCA et une autre en chirurgie général

Après 2 mois j’ai repris l’école,1 mois après j’ai su pour Nawel car les médecins ont déconseillé à mes parents de me le faire savoir vu mon état,Nawel est décédée d’un traumatisme crânien et une autre blessure,alors que c’était moi qui était du côtés de la bombe,et j’ai pas refais l’année.après des années j’ai subit plusieurs interventions suite à cet accident la dernière en 2014 pour ma Hanche(une PTH) car qq mois après l’accident je boitais à cause d’un éclat dans la tête fémoral qui m’a causé une coxe- arthrose avec une bascule du bassin,j’ai souffert des années durant,en tant que victime du terrorisme j’ai pas réussi à avoir une prise en charge à l’étranger alors que cette tête de serpent de Abassi Madani se balade à l’étranger ayant bénéficié de Millions de dollars sur le dos des victimes de terrorisme, fêtant la bonne année à Dubaï,non c’est Haram layadjouz de la fêtée non,toi et ta bande de vaut rien qui ont tout interdit soyez maudit.

je me demande bien quels droits ai-je ???!! dans ce pays,où ont a changé complètement la donne,les tueurs d’hier sont devenus les victimes d’aujourd’hui, cela me désole. Pourquoi nous opprimés nous les vraies victimes ???peut être que je me trompe !! Es-Ce un songe ou bien un cauchemar! !…… réveiller-moi…où suis-je………???

BadiaaHADJ LARBI

18 février 2017