Hafid SENHADRI


On t’a pas oublié KHAYI ..

Comme Journal électronique de la ville de Sidi Bel Abbes qui n’a tout juste une semaine d’existence, nous se devons de dire que le devoir de mémoire figurera dans nos différentes contributions. Et celui que nous réservons aujourd’hui a ce républicain natif des lieux,  SENHADRI Abdelhafid, en est un, car nous se devions pas être amnésiques en rappelant tous ces hommes et femmes connus ou anonymes, qui se sont dressé contre la barbarie sanglante. A Sidi Bel-Abbès, un des édifices de la formation professionnelle, sis dans la cité Bremer (Sidi Yacine), porte le nom du regretté Senhadri, mais beaucoup de gens ne le connaissent pas,car une bonne partie de sa vie est signalée à Oran, qui a vu également ALLOULA, HASNI, FARDEHEB, BEKHTI,  ZAITER (ces deux derniers journalistes), et autres LIABES ,FLICI, DJAOUT…etc. Il n’y a pas qu’Oran, Alger, Constantine, l’Algérie profonde en sait beaucoup et il serait fastidieux de tout compartimenter. A Sidi Bel-Abbès, comme dans tout le pays, les années suscitées sont indélébiles. D’ailleurs, rappelle-t-on toujours en ce mois de mars 1993, un autre enfant du bled «Mon Plaisir», intellectuel de renom et ex-ministre, le sociologue LIABES Djillali, est assassiné un certain mardi 16 mars 1993 dans la cité Ben Omar à Kouba (Alger), alors qu’il sortait de son domicile, un simple appartement, a-t-on vu à la télévision par la suite. Les mots ne suffisent pas pour décrire l’ambiance de cette période qui a engendré de nombreuses répercussions, indique notre source : la multiplication des veuves et des veufs, des orphelins et autres dégâts matériels. Et dans cette lutte contre l’innommable, des patriotes, des enfants du peuple y laissèrent leur vie, leur famille, s’exclamera-t-on certainement en évoquant le 17è anniversaire de l’assassinat d’un cadre de la nation, SENHADRI Abdelhafid, dont le dernier poste occupé a été celui de directeur de cabinet du ministère du Travail, et ce après avoir exercé à la Sonatiba, à la formation professionnelle, l’Education nationale. Néanmoins, c’est en décembre 1991 que les téléspectateurs font connaissance avec lui, quelques jours après le premier tour des élections législatives du 26 décembre 1991. C’est au journal télévisé de 20h, tant attendu et suivi dans la conjoncture de l’époque, que le journaliste présente aux téléspectateurs un jeune homme âgé à l’époque de 36 ans, très sérieux d’apparence, calme et bien serein malgré la gravité de la communication qu’il avait à faire. C’est Hafid SENHADRI, le porte-parole du CNSA (comité national de sauvegarde de l’Algérie), qui naissait cette soirée-là pour le peuple algérien. Il formulera au nom de ses membres, ceux du CNSA, la ferme résolution de défendre la République et demander l’arrêt du processus électoral, tout en appelant la société civile à soutenir dans les faits la courageuse démarche du CNSA. Les hommes qui furent les initiateurs de ce mouvement savaient qu’ils allaient être ciblés. Ils paieront dans leur grande majorité de leur vie leur amour de l’Algérie. Le Martyr Hafid SENHADRI fut de ceux-là. Feu SENHADRI Abdelhafid est natif de la ville de Sidi Bel-Abbès le 26 décembre 1955, un mois de décembre bien prémonitoire, l’aîné d’une famille de cinq enfants dont le père, simple et modeste fonctionnaire, dût travailler dur pour en faire des universitaires. La famille habite Saint Pierre, où feu SENHADRI fit sa scolarité première, indique-t-on, décrochant son bac au lycée Lotfi. Il rejoindra Alger pour des études de sciences politiques de 1973 à 1977, militant dans le mouvement estudiantin et s’investissant, dans plusieurs activités bénévoles tout en étant étudiant, notamment au sein de la radio de la chaîne III. Derrière la création de l’ANCAP (Association Nationale des Cadres de l’Administration Publique), Abdelhafid SENHADRI ne cessera d’être actif, s’exprimant dans la presse. Ciblé par les hordes intégristes, il a été froidement abattu à Alger le 14 mars 1993. Le sacrifice de SENHADRI et d’autres républicains et patriotes n’a pas été certainement vain.

Lien Article: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=863

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s