Pour mémoire !


 

 «Nous rappelons… à ceux dont la conscience est encore vive, qu’ils n’ont pas d’autre choix que de reconnaître qu’ils ont commis des fautes à l’encontre du peuple algérien…. Ils n’ont pas d’autre choix que de reconnaître qu’ils ont torturé, tué… qu’ils ont voulu anéantir l’identité algérienne. Cette loi relève d’une cécité mentale confinant au négationnisme et au révisionnisme.»
A. Bouteflika, Sétif août 2005 – Au sujet de la nouvelle loi française sur la colonisation
On propose la paix à celui qui fait la guerre, à celui qui porte les armes, aux militaires, aux révolutionnaires, aux maquisards, aux résistants. On fait la paix, parce qu’on se rend compte qu’au fond, la guerre, c’est pas bien, ça fait des morts, des blessés et puis ça laisse des veuves et des orphelins. On se réconcilie quand on se fâche avec quelqu’un, son frère, sa voisine, ses amis, ce n’est jamais bien d’avoir des animosités. On amnistie une personne après qu’elle ait été jugée et condamnée, donc reconnue coupable de délits. Voilà donc, que, depuis quelques mois, on me propose d’accepter la paix et la réconciliation de dire oui à la fin de douze années de malheurs, de sortir dans la rue, de prendre dans mes bras le premier venu et de l’embrasser comme si c’était mon propre frère. Nos élus à la mémoire sélective ne savent-ils pas que je ne les ai jamais attendus pour agir de la sorte ? Que je n’ai jamais compté sur eux pour penser à la Paix, pour dire stop aux massacres, pour crier halte à la folie meurtrière. Que je n’ai jamais cessé de croire en la vie et en l’humain, que j’ai toujours été dans la compréhension même quand l’atrocité nous endeuillait N’ont-ils pas compris que, durant toutes ces années, je n’ai rien pu décider, je n’ai rien pu faire ? Juste subir et attendre la balle perdue, le couteau mal aiguisé, l’usine brûlée. Depuis, douze ans sont passés, des proches en moins, des amis disparus, des voisins exilés. Voilà qu’on me demande mon avis, que je suis traître à la nation si je n’accepte pas, de rebelle, si je refuse. On ne cesse de me dire qu’il ne s’agit que de plaies qui mettent du temps à cicatriser. Non ! Après douze ans, ce n’est plus de plaies qu’il s’agit, ce n’est pas ces blessures qui posent problème, mais bien plus le fait qu’on nous demande de faire la paix sans savoir avec qui, ni pourquoi. Je lis et relis tous ces pamphlétaires de la négation, ils ont de belles phrases embellissantes pour cette amnistie si chère à notre président. Qu’ils me disent alors qui a tué Saïd Mekbel, pourquoi avoir tué Belkhenchir ? Comment a germé l’idée d’éliminer Alloula, dans quel but avoir fait disparaître Yamaha, qui a coupé le son à Hasni ? Qui a trahi la confiance de Boudiaf ? Loin des blessures à cicatriser, c’est plus ces questions qui me hantent, car derrière de tels actes, il doit bien y avoir des mains, des yeux, des têtes, des cerveaux pour penser. Une telle paix amnistiante voilerait toute recherche sur ces évènements, effacerait des tablettes ces villageois massacrés. Douze années d’état d’urgence, 200 000 morts et c’est moi qui dois accepter la paix ? Quelle ironie, n’est-ce pas ? A lire ces démocrabes à l’échine courbée, refuser la réconciliation telle qu’imposée, c’est trahir mon pays, c’est renier mon histoire. Bien au contraire ! Accepter la paix telle qu’imposée, c’est tuer une seconde fois ma chair, c’est vider de mes entrailles mon propre sang, c’est rejeter les valeurs morales qui m’ont été inculquées par celui que cette amnistie veut oublier. Et toi homme de l’ombre, demandes-tu seulement pardon ? Toi qui m’as terrorisé, m’a trahi, m’a tué, tu ne dis rien, tu te tais, aucun mot, aucune parole pour dire ce que tu penses de toute cette belle mascarade. J’aurais bien voulu faire la paix avec toi, mais rappelle-toi, en 95, ils ont parlé de la rahma, tu n’en avais rien à faire, tu as continué ton petit bonhomme de chemin, tuant par-ci, massacrant par-là, puis, ils ont trouvé la concorde civile pour te calmer, tu as pris ce qu’il y avait de bon puis tu as continué à faire ta sauce, y mêlant mensonges et lâcheté, voilà que maintenant on t’apporte sur un plateau cette belle amnistie. Je me demande qui tu peux bien être pour qu’on ait autant d’égard à ton encontre, qu’as-tu de bien particulier toi, qui casses, qui tues et à qui on accorde tant de largesses et d’attention Aurait-il fallu que je fasse comme toi, violence et bestialité pour être écouté, pour être considéré et enfin reconnu citoyen à part entière ? Aurait-il fallu que je brûle ta maison, que je tue ta femme, que j’égorge tes enfants ? Ainsi j’aurais été indemnisé, j’aurais réintégré mon travail et peut-être un jour reconnu comme ancien moudjahid. C’est à toi que je pose ces questions, sans intermédiaires, sans détours, sans symboliques, je te demande de me donner une raison qui te soit propre de te pardonner, une seule pour que je puisse accepter cette paix. Bien plus, je voudrais savoir qu’est devenue ta haine envers moi, qu’est devenu ce regard meurtrier envers ta voisine, que sont devenues tes idées islamisantes ? As-tu abandonné ces paroles acerbes ? Mieux encore, voilà que nos élus, nos chefs de parti, nos hommes d’Etat, nous reprochent d’être ce que nous sommes, d’avoir mal, de souffrir, de réclamer, de crier notre désaccord, d’être tout simplement des être humains. Que veulent-ils ces hommes ? Fiers de parler du moudjahid combattant l’occupant, ils ne cessent de réclamer justice pour la mémoire de leurs compagnons d’armes, en criant gloire aux martyrs de la révolution, ces mêmes hommes insultent la descendance, insultent la mémoire d’autres Algériens qui, comme eux, ont milité pour ce pays. Faut-il tuer pour être moudjahid, faut-il égorger pour être un brave, doit-on porter une arme pour défendre son pays ? Ils méprisent notre peuple, lui donnent des leçons, salissent sa mémoire, piétinent ses principes, usurpent sa religion et marchent sur ses morts pour arriver au panthéon de l’histoire… Qu’ils sachent que si ce pays est debout, ce n’est pas grâce à eux, ce n’est pas grâce à leurs tracasseries politiciennes, c’est grâce à ces femmes et à ces hommes qui, chaque matin que Dieu fait, se lèvent pour gagner le peu que leur donne leur salaire. Ces anonymes qui, malgré tout ça, continuent à croire en une Algérie meilleure. Et c’est justement en anonyme que je suis, simple citoyen père de famille, que j’éduque mon fils, que je tente de lui montrer le bon chemin, ce petit chemin laissé par un homme qui a donné sa vie pour que des enfants comme le mien puissent un jour grandir dans ce grand et merveilleux pays. Oui, je vais m’atteler à faire grandir mon petit en priant pour que nos gouvernants fassent de même avec notre si beau pays. Pour finir, en ce jour du 29 septembre, je voterai Non au référendum, puis j’irai cueillir une fleur que je déposerai sur la tombe de Saïd, ce voleur qui…, car c’est à lui que je penserai alors, à lui et à tous les autres. Qu’ils reposent en paix, celle des braves, celle des justes.
Nazim Mekbel
19/ 09/ 2005
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2005/09/19/print-2-28228.php
http://www.djazairess.com/fr/elwatan/26464

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s