Rachid HARAIGUE


Le président de la Fédération algérienne de football, Rachid Haraigue, assassiné à Alger

Le nouveau président de la FAF, Rachid Haraigue, 58 ans, voulait faire du football un rempart à l’islamisme. Après l’avoir utilisé pour militer pour l’indépendance, ce qui lui avait valu d’être condamné à mort par les Français.

Ancien joueur et ex-dirigeant du CR-Belcourt, Rachid Haraigue avait remplacé, à la présidence de la Fédération algérienne de football, Mouldi Aissaoui, il était aussi un militant: il appartenait en effet au MPR (Mouvement pour la République), très hostile à tout «dialogue» avec les islamistes.

Fraichement élu, il avait immédiatement annoncé son intention de retourner à la «légalité» dans la gestion du football et d’y combattre la corruption et le «régionalisme». Rachid Haraigue avait remporté un premier succès en parvenant à organiser des «assises nationales du football».

Ayant apprit la nouvelle, la Fédération internationale de football (Fifa) a «déploré» son assassinat qui survient trois mois et demi après celui d’Ali Tahanouti, président de la JS Bordj Menaiel, l’un des plus grands clubs de première division.

Au Caire, la Confédération africaine de football (CAF) demande une minute de silence à l’occasion des matches de la 20e Coupe d’Afrique des Nations

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s