BELAZHAR Abderahmane (par sa fille Houria)


Hommage à feu Abderrahmane Benlazhar : La vie c’est un peu comme un voyage en train

El Watan

El Watan : 10 – 09 – 2009

 

Arrivée à la gare, sur le quai, je regarde tous ces voyageurs, des fois je veux en être un, des fois non, le plus souvent c’est parce que je pense à quelqu’un qui n’est plus de ce monde.

Vous l’avez peut-être deviné, peut-être pas, dans tous les cas je vais vous raconter en ces modestes lignes les dernières minutes de la glorieuse vie de mon cher papa.

Moi ? C’est Anissa El Hourriya et cela faisait plus d’un mois que j’étais née, un mois et une semaine pour être plus précise. C’était le 9 septembre 1992, le jour du Maouled Ennabaoui, papa mit ses vêtements, prit ses clefs et sortit… se dirigeant vers sa petite 4L, un gars le surprit, il lui parla pendant quelques secondes, Dieu seul sait de quoi, puis lui tira deux balles, l’une au ventre, l’autre à l’épaule. Dans une famille avertie, je dirais plutôt menacée par les extrémistes radicaux, l’ambiguïté règne depuis un certain temps mais chez nous pas de place pour les trouillards… à cheval sur les principes, sur les convictions, veillant à ce que la démocratie règne, papa en paya le prix. C’était « expectatif » mais plutôt précipité. J’aurais bien aimé connaître cet homme courageux qui a toujours dénoncé l’arbitraire et l’extrémisme, ce militant coriace prêt à tout pour son Algérie.

Mais voir que ta famille est restée à l’autre gare c’est un peu « con », désolé pour le terme papa, car pour la première fois qu’on se parle, tu dois penser que je suis maladroite … Je crois qu’il est temps de me faire à l’idée que tu ne seras jamais parmi nous, tu es déjà loin. Très loin, papa, mais il y a une chose que ces criminels ignorent : c’est que contrairement aux égoïstes, les altruistes ne meurent jamais, ils demeurent dans nos rêves. Le plus beau de notre histoire, ce sont tous ces mots qu’on ne s’est jamais dits et c’est bien à toi que je les dédie, et peu m’importe si les gens ne voient en toi que la première victime civile des folies meurtrières car moi je vois en toi un militant, un révolutionnaire, une force de conviction inouïe, un humanisme rayonnant, une victime mais surtout ma fierté.

 

Ta fille Anissa El Hourriya

commentaires
  1. ali bouacida abdelhamid dit :

    Bonjour Hourya
    je me souviens très bien de ce jour funeste où on assassiné ton père qui était pour moi un très grand ami. Je n’oublierais jamais sa droiture, son sens de la justice et sa disponibilté. Et toi tu as déjà 21 ans. Je te souhaite une vie pleine de bonheur et de réussite. Tu sais avec ton père on avait fait le volontariat et j’en garde des souvenirs hilares. Mais ne t’en fais pas, il est mort en martyr. Et les martyrs vont au paradis.
    Hamid Ali Bouacida

  2. Chami dit :

    Votre pére a toujours été au Paradis, de son vivant et aprés sa mort.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s