SOIT DIT EN PASSANT

Publié: 11 octobre 2016 dans Articles de presse
Tags:, , , ,

Nazim Mekbel, le digne fils de Saïd !

Par Malika Boussouf
malikaboussouf@yahoo.fr
Il est des jours comme ça où lorsque je pense qu’il est infatigable, je rectifie aussitôt le tir en me disant qu’il a de qui tenir ! Me souvenir du père me rassure à propos du fils. Et je me sens mieux à l’idée que ce qui a fait trembler notre pays ne soit pas enterré. Il est vrai que depuis l’accession de Bouteflika au pouvoir, on aura tout tenté pour effacer les traces de ce qui a conduit le pays au pire et ensanglanté toutes les villes et les villages !
Sans exception ! C’est ce qui fait que le drame algérien ne ressemble à aucun autre. Même si les Daesh et compagnie s’en sont inspirés, les assassins algériens ont fait comme nulle par ailleurs. Ils ont décapité, éventré, égorgé, violé et enfourné à la fois et en même temps au nord, au sud, à l’est et à l’ouest ! Aujourd’hui, le pouvoir a tellement bien su les rallier à sa cause que l’on n’arriverait presque plus à distinguer les bourreaux des victimes. Parce que plus que les victimes, les terroristes ont su mener bataille à tel point qu’ils s’identifient volontiers sans même que l’on ait à le leur demander. Lorsque j’ai le courage d’aller sur Ajouad Algérie Mémoires, parce que j’avoue ne pas avoir souvent le courage de le faire, je me réjouis que pareil site existe. Je me sens moins coupable à l’égard des victimes du terrorisme barbare parce qu’ils sont là, soigneusement répertoriés par Nazim, dépositaire d’une partie tellement importante de notre mémoire. Celui qui veille à ce que personne n’oublie ce que d’aucuns s’évertuent à nous faire abandonner. Il ne se passe pas un jour sans qu’au moins un nom soit évoqué par lui. Mais il n’y en a jamais qu’un seul.
Le terrorisme actif à travers l’ensemble du pays, nous livrait, chaque jour, son lot de victimes. Nazim ne fait pas de distinction entre ceux dont la réputation était faite et ceux qui n’étaient connus que de leurs proches ou leur voisinage. Il parle de tous à la fois. Un travail de fourmi. Un travail de documentation inégalable qui rend l’oubli impossible. Pour celles et ceux qui ne l’ont pas vécue, il travaille à consigner pour la transmettre l’histoire d’une décennie meurtrière.
M. B. 

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2016/08/16/print-8-200628.php

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s