Publié: 1 juin 2014 dans Articles de presse

Aprés l’assassinat de Salah DJEBAILI

Menaces et appel au dialogue

Mardi, 9 Août, 1994

Le gouvernement algérien répond à l’escalade des groupes armés par un appel au dialogue et la promesse d’élections

LES menaces proférées par le GIA (Groupe islamique armé) de détruire les lycées et les universités qui rouvriraient en septembre en Algérie, et de s’en prendre aux enseignants qui se prêteraient à cet «enseignement impie», ont provoqué inquiétude et colère chez les parents et les enseignants qui préparent la rentrée. Les menaces des intégristes sont d’autant plus prises au sérieux que les écoles et les enseignants – notamment les universitaires – constituent depuis longtemps déjà une de leurs cibles privilégiées. Le GIA, en particulier, a revendiqué depuis un an plusieurs assassinats d’enseignants ainsi que les incendies d’une vingtaine d’écoles primaires et secondaires.

Le recteur de l’université des sciences et de la technologie de Bab Ezzouar, Salah Djebaili, le directeur de l’école supérieure des beaux-arts d’Alger, Ahmed Asselah, le directeur de l’école vétérinaire d’Alger, Mohammed Bekkouche, le directeur de l’Institut agronomique de Blida, Ahmed R’biha, ainsi qu’une quarantaine d’enseignants ont ainsi été assassinés depuis le début de l’année. A plusieurs reprises des terroristes se revendiquant d’un islam dévoyé sont allés jusqu’à égorger des professeurs dans leur classe, sous les yeux de leurs élèves.

Le porte-parole du gouvernement algérien, Mme Leila Aslaoui, a néanmoins affirmé, dimanche soir à la télévision, que la rentrée aurait lieu normalement. Elle a appelé parents et enseignants à ne pas céder à la peur. «Sinon, a-t-elle dit, les groupes armés n’hésiteront plus à régenter la vie privée des gens.»

Le premier ministre, Mokdad Sefi, a lancé pour sa part un appel au dialogue aux islamistes, leur promettant même des élections dont il n’a toutefois pas précisé la date. Il a appelé tous les Algériens, y compris l’opposition et les islamistes, à «mettre fin à l’effusion de sang en Algérie où des Algériens tuent d’autres Algériens». «Les musulmans, a-t-il dit, doivent condamner la violence et le terrorisme. Vous demandez le dialogue? Venez dialoguer! Vous exigez des élections? Venez nous aider à les organiser! Vous voulez le pouvoir? Venez le demander démocratiquement au peuple à travers les urnes.»

A Paris, où les forces de police multiplient les contrôles dans les milieux algériens, le recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a déclaré hier: «Il serait fou pour un musulman d’imaginer qu’il pourrait avec quelque profit porter la violence en France.» Il a exprimé la crainte que «les faits extrêmement regrettables survenus en Algérie la semaine dernière entraînent en France des contre-réactions et déclenchent une chasse aux sorcières contre les musulmans».

Source : http://www.humanite.fr/node/84913#sthash.OGJPjJq6.TlvO6yIn.dpuf

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s