Le porte-parole des salafistes égyptiens Abdelmounim Ach-Chahatt jette un pavé dans la mare : «Les Frères musulmans ont soutenu l’arrêt du processus électoral en Algérie !»

Publié: 15 juillet 2013 dans Articles de presse

Alors que les partis algériens d’obédience «ikhwan» s’agitent pour dénoncer le putsch militaire en Egypte contre le président élu Mohamed Morsi, le porte-parole du mouvement salafiste en Egypte, Abdelmounîm ach-Chahatt, révèle que les mêmes Frères musulmans algériens, le MSP notamment, avaient ostensiblement soutenu l’arrêt du processus électoral en Algérie en 1992 !
Pour le porte-parole des salafistes égyptiens, «le FIS est constitué aussi de salafistes et de «ikhwan» qui refusaient d’activer sous l’étendard de la Confrérie internationale», précisant que «le Hamas algérien, représenté par feu Mahfoud Nahnah, avait soutenu le putsch militaire contre les islamistes», ce qui a eu pour effet direct que des milliers de jeunes islamistes soient montés dans les maquis.
Abdelmounîm a aussi accusé au passage Nahnah d’avoir contracté un «deal» avec l’armée, puisqu’il est resté de longues années sur sa position de justifier et de valider les choix de l’armée contre le FIS.
Le parti Nour, d’obédience salafiste, s’est toujours opposé aux Frères musulmans en Egypte, remettant en cause leur légitimité et leur apportant la contradiction au Parlement.
Le parallèle avec l’Algérie a été fait depuis le début de la destitution de Morsi, et tous, en Egypte, se demandaient si le «scénario à l’algérienne» n’allait pas être reconduit, conduisant à une guerre civile et à une fracture dans la société elle-même. Les partis «ikhwan» en Algérie, le MSP, Al-Islah, Ennahda, le Front de l’Algérie nouvelle, le Front du changement et le Parti pour la Justice et le Développement, dirigés respectivement par des chefs issus de l’école des Frères musulmans, Abderrezak Mokri, Djahid Younsi, Fatah Rebii, Djamel Benabdeslam, Abdelmadjid Menasra et Abdallah Djaballah, ont tous condamné le putsch militaire contre Morsi, soulevant le tollé d’abord des islamistes salafistes algériens, qui leur ont rappelé leur position très ambiguë en 1991.
Fayçal Oukaci

commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s