Journée contre l’oubli à Béjaia

Publié: 24 mars 2012 dans Articles

Hommage à toutes les victimes du terrorisme
Par : OUYOUGOUTE M.

Les Béjaouis ont rendu, jeudi dernier, un vibrant hommage au journaliste Saïd Mekbel, lâchement assassiné le 3 décembre 1994. Et à travers lui, ils se sont souvenus de toutes les victimes du terrorisme, qui se sont dressées, malgré elles, pour sauver la République, ébranlée dans ses fondements. Cette journée contre l’oubli, organisée par la Ballade littéraire de Béjaïa et un comité estudiantin au Théâtre régional, s’est déroulée en l’absence des autorités locales, élus et représentants de l’administration.
Le chanteur Djamel Allam n’a pas manqué de déplorer cette absence alors qu’il a spontanément répondu présent lorsqu’il a été sollicité pour un tour de chant en cette occasion. En évoquant Saïd Mekbel, il surprendra la salle en affirmant que bien qu’il ait eu à rencontrer plusieurs fois le défunt à Alger en compagnie des Kheireddine Ameyar, Abdou B. etc., il n’avait jamais su qu’il était Bougiote comme lui. Plus encore, ils habitaient tous les deux l’ancienne ville de Béjaïa. Quelques minutes auparavant, Fodil Mezali, journaliste, aujourd’hui disparu, avait raconté une anecdote similaire. Écoutons-le : “À l’enterrement de Saïd, j’étais en compagnie de feu Abderrahmani, l’ancien directeur de publication d’El Moudjahed (il sera assassiné moins d’une année après). Il m’avait confié qu’il ignorait que Mekbel était originaire de Béjaïa comme lui.” Deux témoignages, qui confirment, si besoin était, que Saïd Mekbel n’appartenait pas à “un douar ou à une région”, il était profondément ancré dans le pays de Massinissa, de Lala Fadhma n’Soumer, de l’Émir Abdelkader, d’Abane Ramdane et de Hassiba Ben Bouali. D’ailleurs, ce n’est pas par hasard, ont souligné les trois conférenciers, Fodil Mezali, Mustapha Bensadi (écrivain) et Ahmed Ben Yahia (sculteur), que Mekbel intitulait ses billets — un genre qu’il a inventé et imposé chez nous : El-Ghoul, Mesmar Djeha. Son ancien confrère du Matin a reconnu que deux semaines avant le lâche assassinat de Mekbel, leurs rapports s’étaient un petit peu détérioré. “J’avais signé un éditorial avec un pseudo, Da M’hend. Cela l’a rendu fou car pour lui l’éditorial — un article de fond devant émaner de la direction du journal — engageait le journal. Une semaine avant qu’il ne soit assassiné, il m’a croisé dans l’escalier du journal à Hussein-Dey et m’avait dit ceci : Da M’hend a le souffle long !” Dans son témoignage, Mustapha Bensadi a préféré, quant à lui, tendre la perche aux représentants de l’Association des journalistes de la wilaya de Béjaïa pour s’enquérir du projet d’une stèle devant être érigée en mémoire de Saïd Mekbel et à travers lui tous les journalistes, victimes du terrorisme.
Réponse : “L’APW de Béjaïa a bien débloqué 10 millions de dinars. Il y a eu un engagement public du premier responsable de la wilaya mais à l’heure actuelle, on est incapable de vous dire où en est le projet. On profite d’ailleurs de l’occasion qui nous est offerte pour lancer un appel aux autorités : où en est le projet de la stèle ?”

MO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s